La culture, les arts et les sorties en partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

« Roméo et Juliette » à l’Opéra de Bordeaux : lyrisme exalté et notes mystiques

" Roméo et Juliette " à l'Opéra de Bordeaux : lyrisme exalté et notes mystiques - Photo © Cédric Bouloumie
" Roméo et Juliette " à l'Opéra de Bordeaux : lyrisme exalté et notes mystiques - Photo © Cédric Bouloumie
Suivez-nous et partagez svp !
Flux RSS
Envoyer par e-mail
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
Instagram
YouTube
YouTube

Un public au complet est venu saluer ce samedi la première de cet opéra en 5 actes créé au Théâtre Lyrique à Paris, le 27 avril 1867 sur le livret de Jules Barbier et Michel Carré d’après la pièce de Shakespeare. Il fut plutôt réconfortant de constater qu’en dépit d’un climat sanitaire anxiogène, personne n’a de toute évidence cédé sa place afin de se délecter de l’incomparable musique de Charles Gounod au sein du Grand Théâtre de Bordeaux

L’éternité des sentiments sublimée

Roméo et Juliette, pièce de renommée mondiale de William Shakespeare (écrite entre 1591 et 1595), figure dans les archives historiques comme l’une des plus

" Roméo et Juliette " à l'Opéra de Bordeaux : lyrisme exalté et notes mystiques - Photo © Cédric Bouloumie
« Roméo et Juliette » à l’Opéra de Bordeaux : lyrisme exalté et notes mystiques – Photo © Cédric Bouloumie

grandes histoires d’amour jamais produites. Centré sur le thème des amoureux traversés d’étoiles contraires, emprunté aux poètes dès la Grèce antique, le conte de Roméo et Juliette a été raconté au moins un siècle avant que Shakespeare ne l’écrive. Le premier conte certain des malheurs de Roméo Montague et Juliette Capulet descend de l’auteur italien Masuccio Salernitano (1410-1475). Publié un an après sa mort, le 33ème chapitre de Salernitano de son « Il Novellino « raconte l’épopée de Mariotto et Giannoza, une paire d’amants qui viennent respectivement des familles en conflit de Maganelli et Saraceni. Dans ce récit, leur histoire d’amour se déroule à Sienne, en Italie plutôt qu’à Vérone. L’affection éternelle de Roméo Montagüe et Juliette Capulet ainsi que les suicides ultérieurs ont rendu cette histoire passionnée immortelle, et elle reste l’une des principales inspirations de la littérature romantique moderne. Cette tragédie ésotérique ne pouvait être mieux servie que par le

mysticisme des accords de Gounod. Dès les 1ères notes sous la baguette enchanteresse de Paul Daniel, on entre en recueillement devant un rideau encore baissé le temps de quelques précieuses minutes. Au lever, ce n’est pas un décor qui se révèle mais une mise en espace épurée offrant une simple balustrade et l’incontournable balcon actualisé. Les choeurs de Salvatore Caputo s’approprient alors la scène vêtus de sobres costumes en noir et blanc annonçant le ton d’une prestation qui se veut le symbole d’une dualité à l’issue fatale. A noter que leur sublime prestation s’intègre toujours à merveille à chaque production .Distillant puissance dramatique et émotion sensible, ils arrivent encore une fois à nous surprendre plus qu’agréablement.  La plongée graduelle au sein de ce drame amoureux peut alors commencer. C’est un rendez-vous de rivalités dans un monde déchu, au pays d’Adam et Eve en quête d’Eden mais aux

" Roméo et Juliette " à l'Opéra de Bordeaux : lyrisme exalté et notes mystiques - Photo © Cédric Bouloumie
« Roméo et Juliette » à l’Opéra de Bordeaux : lyrisme exalté et notes mystiques – Photo © Cédric Bouloumie

présages contraires. Il fallait bien 2 êtres divinement lumimeux pour incarner la passion terrestre aux aspirations céléstes. Nadine Sierra et Pene Pati n’ont pas failli à l’attente qui pesait sur les voix des  2 « enfants chéris » de l’Opéra de Bordeaux.Ils confirment chacun leur immense potentiel vocal et dramaturge. Leur charisme enchante tout autant en duo qu’en solo. On ne tombe pas dans le pathos mais il émerge un juste équilibre entre force et subtilité des sentiments au fil de leur évolution de l’extase vers le désespoir. Les autres protagonistes complètent les tableaux plus que dignement. Le ténor Thomas Bettinger notamment incarne un Tybalt à la fougue convaincante. Sa voix chaude et puissante se prête parfaitement au caractère belliqueux du personnage. Il saura du reste mourir avec panache. Ce qui nous ramène au jeu de comédien toujours appréciable sur les prestations du genre. Cette production confirme le réel talent de chacun mêlé d’une générosité d’exécution et la complicité des artistes également palpable est un vrai ‘plus’. 

La mort devient belle lorsqu’elle est servie par de jolies étoiles. Un savoureux moment d’éternité qui peut faire oublier durant 180 minutes une actualité qui focalise sans retenue sur la fragilité de la vie. Ne vous privez pas de ces très beaux instants.

 » Roméo et Juliette  » – Jusqu’au dimanche 15 mars 2020

Prochaines dates de représentation :

Jeudi 12 mars. 2020 à 20h00
Dimanche 15 mars. 2020 à 15h00
http://www.opera-bordeaux.com/‎‎

Grand-Théâtre – Place de la Comédie, 33000 Bordeaux
Tél. : 05 56 00 85 95
Accès : Tram B arrêt Grand théâtre – Tram C arrêt Quinconces

    

Suivez-nous et partagez svp !
Flux RSS
Envoyer par e-mail
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
Instagram
YouTube
YouTube

Chaîne Youtube de Kulte - Web TV

Annonces sponsorisées

Affichage Aléatoire des Archives de Kulte

Cliquez sur les mots-clés ou les catégories de l'article affiché ci-dessus :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Ce n'est ni la couleur de sa peau, ni son origine, ni sa race, qui font la valeur d'un individu, c'est, avant tout, son intelligence et sa culture.

Samuel Ferdinand-Lop - Les nouvelles pensées et maximes (1970)

La culture intellectuelle et artistique autant que l'hygiène préserve l'homme de la vieillesse.

Charles Régismanset - Les contradictions (1906)

Les esprits sans culture et sans lumières qui ne connaissent d'autres objets de leur estime que le crédit, la puissance et l'argent, sont bien éloignés de soupçonner même qu'on doive quelque égard aux talents, et qu'il y ait du déshonneur à les outrager.

Jean-Jacques Rousseau - Les confessions (1765-1770)

Il n'y pas d'art sans amour, il n'y a pas d'amour sans art. La culture est à la fois ce qui nous rapproche et nous différencie, l'art en est une représentation qui nous rassemble ou nous divise, qui nous rejoint ou nous sépare. L'art et la culture sont des éléments de la vie qui nous font comprendre et aimer la vie, l'imaginer, la magnifier, la rêver.