gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-113531009-1');

Libourne, centre du monde des arts de la rue – Retour sur Fest’Arts en vidéos

Le temps d’un week-end prolongé début août, la sous-préfecture de Libourne en Gironde, connue aussi comme adresse postale du Père Noël pour le monde entier, devient le centre du monde des arts de la rue. Ce festival international est l’occasion idéale pour découvrir ou redécouvrir des artistes en tout genre, danseurs, acrobates ou inclassables, qui plongent les spectateurs dans leur monde imaginaire, onirique ou simplement divertissant. Pour cette 27ème édition, la place de la mairie était totalement fermée aux véhicules motorisés. Une organisation vouée à l’éco-citoyenneté et au parfait respect des spectacles…

Voici une rétrospective succinte de Fest’Arts 2018, en 3 vidéos de 3 spectacles que nous avons sélectionnés. Sous la canicule girondine de ce fameux 1er week-end d’août, il n’était pas si facile de tenir tête au soleil. Malgré les efforts importants et permanents de l’organisation pour apporter de l’ombre aux spectateurs, tout en les asperger d’eau depuis des pulvérisateurs ou grâce à de nombreux ventilateurs-brumisateurs.

3 spectacles sélectionnés pour vous, en vidéos originales ci-dessous :

Tout d’abord,  » L’homme V « , ou le BMX dans tous ses états, grâce à Vincent Warin (compagnie 3.6/3.44), un ancien vice-champion du monde de BMX freestyle. Aujourd’hui acrobate, performeur et danseur, il transforme ce que l’on prend d’abord pour un solo en un pas de deux poétique et sensuel. Les portés, les lancers s’enchaînent au rythme du violoncelle de William Schotte. Le vélo BMX devient objet artistique, manipulé dans tous les sens, qui devient presque, à certains moments, le manipulateur de l’artiste grâce à ces capacités funambulesques, fusionnant ainsi pour devenir une nouvelle entité spectaculaire : l’Homme V. Une symbiose à 3 éléments artistiques, avec l’excellent violoncelliste. Voyez plutôt ici :

 » L’homme V « , le BMX en folie :

+ sur  » L’Homme V  » par la compagnie 3.6/3.44 ici : http://vincent-warin.com/

Puis, le  » Camilo Clown  » (France 24) italien, programmé dans le  » off  » du festival : au détour des rues de Libourne, ce clown italien osait place Abel Surchamps (la place de la mairie) un spectacle sans parole, et participatif : une jeune fille innocente à sauver, avec une dizaine de pompiers, tous spectateurs, pour venir à son secours en urgence… à 20 mètres en 1/2 heure. Ici en vidéo :

+ sur  » Camilo Pompier  » par Camilo Clown ici : http://www.camiloclown.com/www.camiloclown.com/about.html

On finit avec une pure merveille :  » Block «  de Amaia Elizaran, accompagnée de, 2 artistes basques, chorégraphes et danseuses. A travers l’opposition des forces de leurs corps, par entraves et blocages mutuels, elles créent une nouvelle forme de danse, tel un langage propre qui naît de ces interactions attirantes et repoussantes. Une performance épatante tant elle se situe à la croisée des chemins entre l’artistique corporel et l’artistique martial, certains mouvements faisant particulièrement penser à des techniques de combat proches du ju jitsu… Le tout sur des musiques tantôt dynamiques, tantôt apaisantes… En rythme, elles parviennent à réaliser une superbe illustration chorégraphique et symphonique du  » je t’aime, moi non plus « , de l’attraction / opposition des corps et des esprits. Poignant ! Jugez plutôt :

 » The Block  » de Amala Elizaran :

+ sur The Block de Amala Elizaran ici : http://www.amaiaelizaran.com/

A noter que la compagnie Saséo avec son spectacle  » Cabaret de poche «  a remporté le coup de cœur (Au détour des rues, ou encore le  » OFF « ) 2018. Ils feront donc parti de la programmation (le  » IN « ) l’an prochain. Rendez-vous en 2019 !

[Best_Wordpress_Gallery id= »83″ gal_title= »FestArts 2018 : quelques photos ici »]

Fest’Arts

Le rendez-vous international des arts de la rue à Libourne

Site internet : cliquez ici