Please follow and like us !
RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
Google+
https://kulte-infos.fr/les-guns-n-roses-embrasent-le-stade-matmut-atlantique-de-bordeaux
YouTube
YouTube
Pinterest
LinkedIn
Instagram

Près de 35 000 personnes sont venues acclamer hier à Bordeaux, le mythique groupe Guns N’ Roses pour un concert-événement de près de 3h20, sous un soleil qui n’avait rien à envier à celui de la Californie. Superbement représentée avec, en prime, 2 premières parties rock de choix, à savoir, les turbulents Pink Slips de Los Angeles suivis des très talentueux Rival Sons de Long Beach. A noter que leur tournée  » Not In This Lifetime Tour  » débutée le 6 juin dernier en Allemagne pour sa partie européenne, ne comptait que 2 dates sur l’Hexagone avec Brétigny le 18 juin dernier. Savourons le privilège !

Un prélude aux réjouissances musclé et électrique pour une montée en température garantie

Il est 18h00 quand les portes s’ouvrent et l’assistance est encore clairsemée pour accueillir les

Concert Guns N’Roses Stade Matmut Atlantique – 26 juin 2018 – Photo © Nathalie Gellibert pour KULTE

Pink Slips qui d’emblée investissent furieusement la scène. Dommage pour ceux qui ont manqué la performance. Ce furent 50 minutes de bon son punk-rock mêlé de new-wave et synth-pop. Le groupe est efficace. Leur leader, la chanteuse Grace McKagan, qui n’est autre que la fille du bassiste des Guns N’Roses, Duff McKagan, a ce côté déjanté et flamboyant qui interpelle et accroche immédiatement avec des faux airs de Debbie Harry, Courtney Love ou encore Gwen Stefani. En écho, les contorsionnements électriques du guitariste Desi Scaglione s’accordent parfaitement aux vocalises hargneuses de la performeuse survoltée. Un bref intermède, le temps de reprendre son souffle et l’on se dit à ce moment-là que l’on a de la chance d’être placé sur la partie ombre du stade en voyant passer la 1ère civière évacuant une victime des 36° éprouvants de l’autre versant. Une mélodie-intro d’Ennio Morricone se fait entendre tout à coup, les Rival Sons entrent en scène. Ce groupe, né en 2009, distille un rock teinté de blues intense et de soul torride faisant quelques incursions vers le psyché pour un effet jouissif à l’extrême. L’influence des

KULTE - Carré in post 125

Concert Guns N'Roses Stade Matmut Atlantique- 26 juin 2018 - Photo (c) Nathalie Gellibert pour KULTE

Concert Guns N’Roses Stade Matmut Atlantique – 26 juin 2018 – Photo © Nathalie Gellibert pour KULTE

années 60-70 est évidente. On pense à Led Zedpellin, aux Doors. Leur talent est tel qu’ils se permettent de partir en concert avec Deep Purple en Europe en 2015 et en 2016, ils font la 1ère partie de Black Sabbath pour leur tournée mondiale d’adieu. Jay Buchanan, le chanteur semble habité sur scène et a, on peut le dire, des faux airs de Jim Morrison. Mi-ange, mi- démon, il pousse sa voix rauque et chaude à l’extrême et envoûte par une présence démentielle. La guitare en furie de Scott Holiday fait rugir les accords et nous entraîne vers un voyage torride. Il attaquent avec le titre évocateur Electric man  et enchaînent avec d’autres qui ont fait leur succès comme Pressure And Time, Keep on Swinging, Secret ou encore Torture. Le public en condition peut accueillir le groupe phare de la soirée.

Les vétérans du Hard Rock survoltés s’abandonnent à la foule électrisée

Le groupe phare des années 80, aux 100 millions d’albums vendus, n’a rien perdu de son panache et de sa fougue. Formé en 1985, il gagne sa renommée internationale avec l’album Appetite for Destruction (1987) qui recense plus de 30 millions d’exemplaires écoulés et demeure l’un des albums les plus vendus de l’histoire. La chanson Sweet Child O’ Mine dont elle est issue à fait chavirer   tous les amateurs du genre, pulvérisant tous les records  de classement. En 1991, le groupe entame une  tournée marathon qui durera plus de deux ans après avoir sorti 2 albums simultanément, Use Your Illusion I and II. Il entame un parcours plus chaotique à partir de 1996 avec le départ des membres fondateurs à l’exception de son chanteur iconique Axl Rose. Le guitariste charismatique Slash et le bassiste Duff McKagan sont aujourd’hui de retour au sommet de leur art pour perpétuer le mythe . Durant plus de 3h00, ils ont offert un show hollywoodien à la fois millimétré et spontané en toute générosité. Sans répit ni temps mort, ils ont bondi, sauté, couru, sollicité l’audience avec une énergie surnaturelle pour enchaîner 28 morceaux d’une  » setlist  » reprenant les plus grands succès comme Welcome to the Jungle, Don’t Cry, November Rain ou encore Live And Let Die et Knockin’ On Heaven’s Door. Slash, affublé de son incontournable chapeau haut de forme, nous a offert de beaux moments d’émotions, sous la pleine lune, avec la reprise de Black Old Sun du groupe Soundgarden et un envoûtant solo du thème du film  » le Parrain « . Axl Rose, quant à lui, a magnétisé l’audience tout au long du show^, alternant sauvagerie et tendresse tout en puissance, non départi de ses tenues excentriques et sa voix  à l’identité inimitable.

Merci messieurs pour ce grand show d’anthologie qui a ébouriffé et émerveillé une audience qui n’oubliera pas de sitôt l’intensité de l’instant vécu.

Guns N’ Roses

Prochaines dates de la tournée :
Vendredi 29 juin à Madrid en Espagne
Dimanche 1er juillet à Barcelone en Espagne

Site officiel Guns N’ Roses
https://www.gunsnroses.com

 

 

 

Please follow and like us !
RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
Google+
https://kulte-infos.fr/les-guns-n-roses-embrasent-le-stade-matmut-atlantique-de-bordeaux
YouTube
YouTube
Pinterest
LinkedIn
Instagram