Please follow and like us !
RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
Google+
https://kulte-infos.fr/la-legende-costa-gavras-a-bordeaux-rencontre-privilegiee-autour-dun-livre-memoire
YouTube
YouTube
Pinterest
LinkedIn
Instagram

La librairie Mollat de Bordeaux accueillait hier, dans son annexe  » Station-Ausone «  Costa-Gavras, un des plus grands réalisateurs scénaristes français qu’il soit, pour une présentation-dédicace exceptionnelle de son ouvrage  » Va où il est impossible d’aller : mémoires « . Devant un public averti, conscient de la merveilleuse opportunité de partager cet instant, il a remonté le temps d’une carrière à dimension internationale, admirable et riche d’expériences hors du commun.

Un parcours insolite pour une oeuvre engagée

Né en 1933 à Loutra-Iraias en Arcadie (Grèce), Costa-Gavras de son vrai nom Konstantinos Gavras, a quitté son pays à l’âge de 19 ans en raison des positions anti-royalistes de son père, qui l’empêchaient d’étudier. Le régime écartant les opposants, sa fuite le conduit à Paris où il s’inscrit en licence de lettres à la Sorbonne. C’est une première expérience personnelle qui sera forcément déterminante dans les choix qu’il fera dans sa vie. Sa rencontre avec le monde du cinéma est une révélation en découvrant la Cinémathèque française. Il réalise alors que le cinéma peut aborder des sujets sérieux notamment avec le film  » Les Rapaces «  d’Erich von Stroheim. Si aujourd’hui, il doit revendiquer un combat politique, c’est bien celui de la Cinémathèque française, une institution qui constitue une des principales bases de données mondiale sur le cinéma et dont il est le président et administrateur depuis 2007. Il est important de rappeler que l’origine de cette Cinémathèque remonte à 1935 à l’initiative d’Henry Langlois et Georges Franju qui ont eu la brillante idée de récupérer et sauvegarder de vieilles copies de films. C’est à présent un trésor inestimable d’une collection exponentielle monumentale de tout ce qui à trait au cinéma. Le parcours de Costa-Gavras aura été un enchaînement d’événements à la fois inattendus et évidents. Après des études de cinéma et des débuts en tant qu’assistant auprès d’Henri

Costa-Gavras à Station Ausonne Bordeaux - -"Photo(c) Stephan Foltier pour KULTE"

Salle comble à Station Ausone à Bordeaux pour la présentation du livre de Costa-Gavras :  » Va où il est impossible d’aller : mémoires « 
– Photo (c) Stephan Foltier pour KULTE

Verneuil ou Jacques Demy, il fait une rencontre déterminante avec Simone Signoret et Yves Montand dont il devient les amis. Il en ressortira une grande complicité artistique et intellectuelle et la révélation sur une certaine manière d’aborder la politique, sans fanatisme ni idéologie. Cette prise de conscience d’un long dégradé de gris lui fera aborder des sujets graves et engagés sans jamais succomber au manichéisme. Dans son exposé, il assure que « tout est politique » et que le simple fait de faire un film est un engagement. Il revendique cet humanisme incontournable teinté d’émotion et de passion. 

KULTE - Carré in post 125

Une production colossale subtile et sans concessions

Son talent est repéré très tôt par les gens qui l’entourent et une pléiade d’acteurs reconnus (Simone Signoret, Michel Piccoli, Yves Montand, Jacques Perrin…) se pressent pour participer à son 1er long métrage, en 1965,  » Compartiments tueurs « , polar dont il a écrit le scénario et qui rencontre un succès immédiat. Sa curiosité intellectuelle et littéraire l’amène à se pencher sur des livres qui donneront matière à produire des oeuvres plus politiquement orientées. C’est avec son 3e film  » Z  » en 1969, d’après le roman éponyme de Vassili Vassilikos, qu’il se forge une réputation de grand cinéaste engagé. Il y dénonce la Dictature des Colonels en Grèce , même si le pays n’est pas nommé. Le film obtient 2 prix à Cannes et 2 Oscars. Il y a aura ensuite « L’Aveu » en 1971 qui revient sur les procès staliniens, offrant à Montand, traqué et torturé, un de ses rôles les plus marquants. Il achève cette trilogie politique avec « Etat de siège » en 1972 et son focus sur les dictatures en Amérique Latine complices de la torture propagée par la CIA. Lors de son allocution, il évoque d’ailleurs avec émotion cette rencontre privilégiée avec Salvador Allende, président de la république chilien et médecin humaniste, victime du coup d’état de Pinochet. Il fait une incursion magistrale dans le registre sentimental avec « Clair de femme »en 1979, tiré d’un roman du même nom de Romain Gary. Costa-Gavras fut séduit, dans cette histoire, par le fait qu’il s’agissait d’une « tentative de profanation du malheur, d’un hymne à la vie et d’une réhabilitation du

Costa-Gavras à Station Ausonne Bordeaux - -"Photo(c) Stephan Foltier pour KULTE"

Costa-Gavras à Station Ausone à Bordeaux hier
– Photo (c) Stephan Foltier pour KULTE

couple ». Il est très vite sollicité par Hollywood et n’hésite pas à aborder des sujets d’actualité brûlants, à travers le récit de destins individuels, comme dans  » Missing « , Palme d’or à Cannes en 1982, où il retrace le coup d’état du Général Pinochet. Il scrute le conflit au Proche-Orient avec  » Hanna K « , dénonce le Ku-Klux-Klan en 1987 avec  » La main droite du diable « . Il n’hésite pas à s’attaquer au silence du Vatican sur l’extermination des juifs dans « Amen «  en 2001. En phase avec son époque, cet infatigable défenseur des droits de l’homme  pose également un regard sans concession sur les injustices économiques, l’indécence de la chasse au scoop et le sort des exilés de cette dernière décennie.

Ce fut une passionnante remontée dans le temps, 1h15 d’un voyage artistique poétique, d’une narration humaniste émaillée d’anectodes savoureuses. Ce jeune homme de 85 ans, vibrant et intelligent, a ce talent particulier de transmettre, au-delà d’une histoire de vie, la notion  » d’impossibilité de l’impossible « . Merci Monsieur Costa-Gavras.

 » Va où il est impossible d’aller : mémoires « 
Roman de Costa-Gavras, aux éditions du Seuil

Station Ausone
http://www.station-ausone.com
8 rue de la Vielle Tour, 33000 Bordeaux
Tel : 05 56 56 40 40

Librairie Mollat
https://www.mollat.com
15 rue Vitel Carles, 33000 Bordeaux
Tel : 05 56 56 40 40

Prochains rendez- vous à la Station Ausone :

– Rencontre avec Karine Giebel autour de son ouvrage  » Toutes blessent, la dernière tue : vulnerant omnes  » ce soir, mardi 23 mai à 18h00
– Colloque International  » Représentations de l’âge Classique «  demain, jeudi 24 mai de 8h30 à 16h30
– Rencontre avec Laurence Neuer le 25 mai à 18h, qui sera présente pour évoquer son ouvrage  » L’audience est levée «  paru aux éditions Gazette du Palais

 

 

 

 

 

Please follow and like us !
RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
Google+
https://kulte-infos.fr/la-legende-costa-gavras-a-bordeaux-rencontre-privilegiee-autour-dun-livre-memoire
YouTube
YouTube
Pinterest
LinkedIn
Instagram