Please follow and like us !
RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
Google+
https://kulte-infos.fr/h2-hebron-un-sejour-touristique-en-palestine-occupee-avec-winter-family
YouTube
YouTube
Pinterest
LinkedIn
Instagram

Dans le cadre du Festival international des arts de Bordeaux métropole (FAB), le Carré-Colonnes de Saint-Médard-en-Jalles accueillait hier la création française de H2-Hebron, un spectacle de théâtre documentaire créé par Winter Family sur le quotidien de cette ville fracturée en deux zones, israélienne et palestinienne.

Avec H2-Hebron, le duo de Winter Family livre un spectacle qui sourd de la rage et de l’épuisement mais trouve la force de plaider encore pour la paix.

Synopsis

H2 est la zone administrée par Israël dans la ville palestinienne d’Hébron. Shuhada Street, artère principale de cette ville de 200 000 habitants, est vidée de quasiment tous ses habitants palestiniens. N’y vivent aujourd’hui que quelques familles de colons juifs. Les musiciens de Winter Family nourrissent leur théâtre documentaire de ces histoires récoltées, dessinant la vie quotidienne au sein de cette zone. Craintes, espoirs et désespoirs offrent une multitude de narrations face à cette brutale et injuste séparation territoriale planifiée par le régime israélien.

KULTE - Carré in post 125

Une rue d'Hébron - Photo © Olivier Perola

Une rue d’Hébron – Photo © Olivier Perola

Visite guidée à Hébron

Précédée d’une forte détonation, la silhouette frêle et énergique de Ruth Rosenthal surgit de la salle avant que chacun s’installe dans la posture distanciée du spectateur. Le public, au contraire, se voit attribuer un rôle : il jouera un groupe de touristes tandis que l’actrice sera leur guide. Direction Hébron, en Palestine occupée. Dans la salle encore enfumée, la lumière est crue et n’a pas les pudeurs de la pénombre. Des gradins sont disposés de part et d’autre d’une immense table noire où on devine une maquette incomplète de la ville. Elle occupe la plus grande partie de l’espace, contraignant le jeu de l’actrice, réduite à circuler entre les fauteuils et la reproduction d’Hébron. Car c’est de cela qu’il s’agit : l’espace disponible, son occupation, la possibilité de s’y déplacer.

Chronique de la violence ordinaire

La maquette d'Hébron - Photo © DR

La maquette d’Hébron – Photo © DR

Durant le monologue qui suit, Ruth Rosenthal s’exprime souvent au pluriel.  » Nous «  : pas une ethnie, pas une communauté de fidèles, pas un parti mais nous tous qui vivons à Hébron depuis des siècles ; pas une trajectoire individuelle et exemplaire mais un destin collectif. Un peu d’histoire pour planter le décor : Hébron existe depuis la plus haute antiquité. Elle a survécu à bien des envahisseurs, accueilli quantité de peuples, parlé de nombreuses langues et prié plusieurs dieux. L’identité de cette cité est plurielle et n’appartient à aucun sectateur. Pourtant, en guise de monuments historiques, le touriste a surtout droit au récit d’exactions mémorables : le massacre de dizaines de Juifs en 1929 ou l’attentat de la mosquée d’Ibrahim, perpétré par Baruch Goldstein en 1994. Quant au pittoresque du quotidien, c’est ici une interminable litanie de fillettes criblées de balles, d’exécutions maquillées en attaques terroristes, de fouilles arbitraires, de contrôles incessants, toute une mécanique de coercition et d’humiliation. Au fil des anecdotes, l’actrice juxtapose sur la maquette d’Hébron les modèles réduits de casernes, d’édifices religieux, d’immeubles, dessinant, en lieu et place d’une ville du Moyen-Orient, une géographie de l’incarcération : ici,  » on vit comme dans une prison « .

Winter Family : Xavier Klaine et Ruth Rosenthal - Photo © ShlomiYosef

Winter Family : Xavier Klaine et Ruth Rosenthal – Photo © ShlomiYosef

Le théâtre pour sortir du spectacle

Si tout le spectacle plaide la paix, il ne feint pas l’apaisement, ni ne ménage les susceptibilités. Les fauteurs de trouble auxquels Ruth Rosenthal prête sa voix ont des positions violentes que rien ne vient édulcorer. Moshe Dayan est  » un voleur sioniste « . L’idéologie des activistes,  » c’est d’exterminer Israël « . Au milieu de la mêlée, quantité d’organismes internationaux observent la situation sans rien tenter pour qu’elle évolue. En somme, comme le touriste venu assister au spectacle. C’est ici que le choix du théâtre documentaire, fiction alimentée par un travail d’enquête sur le terrain, prend tout son sens. Le genre documentaire, d’origine cinématographique ou télévisuelle, est confiné aux limites de l’écran. Porté sur scène, il autorise une interaction immédiate avec le public, permet de l’affubler de la casquette du touriste pour dire ce qu’il y a d’obscène à rester un simple observateur, à déguster les glaces distribuées par la guide alors que  » toutes les colonies sont illégales « , que le scandale est patent et permanent.

Hébron, dit Ruth Rosenthal au début du spectacle, est  » une image réduite de l’occupation « . Le mérite du théâtre documentaire, c’est de formuler la question de l’engagement avec une vigueur renouvelée.  » L’opinion publique mondiale a créé Israël. Elle doit nous aider à construire notre pays. « 

H2-Hébron

Conception, recherche, entretiens, mise en scène et scénographie : Ruth Rosenthal et Xavier Klaine
Avec Ruth Rosenthal
Production : Winter Family
Première française
Mercredi 10 octobre et jeudi 11 octobre à 21 h (durée : 70 minutes)

Festival International des Arts de Bordeaux Métropole (FAB)
Du 5 au 24 octobre 2018
9 rue des Capérans, 33000 Bordeaux
Billetterie : 09 86 40 07 29
contact@festivalbordeaux.com
Site Internet : https://fab.festivalbordeaux.com/fr/

Le Carré-Colonnes
Place de la République, 33160 Saint-Médard-en-Jalles
Tél. : 05 57 93 18 93
Billetterie en ligne : http://billetterie.carrecolonnes.fr/
Site Internet : http://www.carrecolonnes.fr/index.cfm

Winter Family
Site Internet : http://www.winterfamily.info/
Contact : klaine.rosenthal@gmail.com

Please follow and like us !
RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
Google+
https://kulte-infos.fr/h2-hebron-un-sejour-touristique-en-palestine-occupee-avec-winter-family
YouTube
YouTube
Pinterest
LinkedIn
Instagram