La culture, les arts et les sorties en partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

La compagnie Volubilis, l’enchanteur des espaces publics par la danse en partage – FAB – Podcast

Agnès Pelletier, chorégraphe de la compagnie Volubilis, en plein coaching de ses danseurs d'un jour, d'un instant - Photo ©KULTE
Agnès Pelletier, chorégraphe de la compagnie Volubilis, en plein coaching de ses danseurs d'un jour, d'un instant - Photo ©KULTE
Suivez-nous et partagez svp !
Flux RSS
Envoyer par e-mail
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
Instagram
YouTube
YouTube

Organiser une danse sur un espace public avec des danseurs non-professionnels, cela semble assez délicat… Mais le jeu en vaut la chandelle tant le public est enthousiasme et la demande de l’effet de groupe et de bien-être est là, prête à donner le meilleur pour partager tous ensemble. Agnès Pelletier, chorégraphe de la compagnie Volubilis, nous a accordé un entretien pour nous parler de ce spectacle un peu particulier, mais qui relève de la spécialité de la compagnie. Interview d’Agnès Pelletier en podcast, diaporama photos de la répétition, et vidéo du flash mob dans sa quasi-intégralité.

Agnès Pelletier est plus qu’une meneuse de revue : elle travaille depuis plusieurs années avec le public qu’elle transforme en danseurs d’un jour, d’un moment. Grâce à une série de petites répétitions, comme pour cette chorégraphie en vidéo (cf. tout en bas de cet

Agnès Pelletier, chorégraphe de la compagnie Volubilis, en plein coaching de ses danseurs d'un jour, d'un instant - Photo ©KULTE
Agnès Pelletier, chorégraphe de la compagnie Volubilis, en plein coaching de ses danseurs d’un jour, d’un instant – Photo ©KULTE

article) réalisée pour le FAB (festival international des arts de Bordeaux), il y a quelques jours place Pey-Berland, la chorégraphe va transmettre des notions et danse et de mouvements corporels dans l’espace, pour que ce public devenu un ensemble d’acteurs d’une scène deviennent à la fois cohérents entre eux tout en gardant une certaine liberté. Avec environ 80 danseurs à Bordeaux, et un festival similaire à Niort nommé  » Panique au dancing  » qui rassemble près de 400 danseurs amateurs qui rassemble environ 4 000 spectateurs depuis 2015 (biénal, 2ème édition il y a 10,jours), ce type d’événement démontre parfaitement que de nombreuses personnes sont en demande de ce type de prestation, d’aide à l’expression corporelle d’un instant, au sein d’un même groupe et au milieu d’un public.

Interview d’Agnès Pelletier, chorégraphe de la compagnie Volubilis (inauguration de FAB à l’Hotel de Ville de Bordeaux et performance de danse collective sur la place Pey-Berland) :

Le programme des spectacles à venir de FAB ci-dessous

Créations :
– Eva Peron & l’homosexuel ou la difficulté de s’exprimer
 = Marcial Di Fonzo Bo célèbre ici l’enfant iconoclaste du théâtre argentin
mer 11 au ven 13 / TNBA
– BEDFORD PARK = cycle 1, première intégrale du projet de Laura Bazalgette composé de quatre épisodes
jeu 12 au sam 14 / Manufacture Atlantique Bordeaux
– IMPROMPTUS MUSICAUX = le choeur de femmes de l’Opéra national de Bordeaux s’attaque au repertoire de Bob Chilcott, A little jazz mass
18, 19 et 22 oct
– IMMERSTADJE = nouvelle chorégraphie signée Hamid Ben Mahi accompagné de 4 danseurs – chaussés sur roller
18 & 19 / Carré à Saint-Médard
– BACCHANTES, PRÉLUDE POUR UNE PURGE = de Marlene Monteiro Freitas
18 & 19 / TNBA

Premières :
– HASKELL JUNCTION = nouvelle création de Renaud Cojo à la frontière entre les Etats-Unis et le Canada
du 12 au 21 / TNBA Bordeaux
 SPARTOÏ = groupe Apache issu de l’école de l’ESTBA, huis clos tragi-comique
du 20 au 25 / Manufacture Atlantique
– ACTIONS de Yan Duyvendak, Nicolas Cilins et Nataly Sugnaux
19 & 20 oct / Vacherie Blanquefort

En famille :
– NOUS/EUX = par la compagnie BRONKS
samedi 14 / Colonnes Blanquefort
– SOUS LA TOILE DE JHERONIMUS = la compagnie Les Colporteurs poursuit sa route depuis 1996 avec cette toute dernière création autour de l’œuvre du peintre Jérôme Bosch et plus particulièrement du triptyque Le jardin des délices
jusqu’au 15 / Bègles sous chapiteau

Aux frontières de la métropole :
– BAL(L)ADES AUX CONFINS = deux balades in-situ à découvrir à Ambès et à Villenave d’Ornon avec l’artiste Grégory Edelein (+ exposition (entre) à voir à l’institut culturel bernard magrez)
– FAR OUEST = une aventure de proximité par les inimitables Opéra Pagaï à Saint-Médard

En salle :
– ZVIZDAL = groupe Berlin – un couple d’octogénaires vit en territoire sinistré après la catastrophe Tchenobyl. Un spectacle émouvant, sur « la vie, malgré tout ».
14 et 15 / Carré Saint-Médard

Performances :
– LIGHT MUSIC = Lis Rhodes
13 & 14 oct / CAPC
– GUINTCHE = Marlene Monteiro Freitas
16 oct / Maison Communale de la Bastide
– CONFÉRENCE DE CHOSES = 2b company en 5 modules ou intégrale
17 au 22 oct
– SOUK = Dalila Boitaud performance sur le marché à partir de 8h
14 oct sur le marché de Blanquefort
– BRAME ou tu me vois crier Papa ? = AlixM
14 et 15 / quai de Queyries, Bordeaux

Apérofab (en remplacement du  » QG « ) :
la plage de l’IBOAT accueille une programmation de concerts, djs sets et rencontres du jeudi au samedi. Sont annoncés : APOLLO BROWN, LOMBOY, LE COMTE, SUPERJAVA mais aussi RENCONTRE AVEC HAMID BEN MAHI et EMMANUELLE DEBUR. Détail en pièce jointe.

 

Suivez-nous et partagez svp !
Flux RSS
Envoyer par e-mail
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
Instagram
YouTube
YouTube

Chaîne Youtube de Kulte - Web TV

Annonces sponsorisées

Affichage Aléatoire des Archives de Kulte

Cliquez sur les mots-clés ou les catégories de l'article affiché ci-dessus :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Ce n'est ni la couleur de sa peau, ni son origine, ni sa race, qui font la valeur d'un individu, c'est, avant tout, son intelligence et sa culture.

Samuel Ferdinand-Lop - Les nouvelles pensées et maximes (1970)

La culture intellectuelle et artistique autant que l'hygiène préserve l'homme de la vieillesse.

Charles Régismanset - Les contradictions (1906)

Les esprits sans culture et sans lumières qui ne connaissent d'autres objets de leur estime que le crédit, la puissance et l'argent, sont bien éloignés de soupçonner même qu'on doive quelque égard aux talents, et qu'il y ait du déshonneur à les outrager.

Jean-Jacques Rousseau - Les confessions (1765-1770)

Il n'y pas d'art sans amour, il n'y a pas d'amour sans art. La culture est à la fois ce qui nous rapproche et nous différencie, l'art en est une représentation qui nous rassemble ou nous divise, qui nous rejoint ou nous sépare. L'art et la culture sont des éléments de la vie qui nous font comprendre et aimer la vie, l'imaginer, la magnifier, la rêver.